Home Le pays Economie

Sondage

quel est votre rubrique préfere?
 
Economie PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrateur du site   
Lundi, 19 Avril 2010 22:44
Index de l'article
Economie
Economie Partie 2
Économie partie3
Toutes les pages

Economie

Agriculture et Elevage

Depuis les temps préhistoriques, l’Irlande est une terre d’élevage de bovins et d’ovins. Les exportations de produits laitiers(y compris divers formage), de bacon, de bières brunes et de whiskeys constituent une part importante de l’économie.

Le pays possède 95% des meilleures prairies de l’Union européenne. Dès 1894, Horace Plunkett fondait la Sociéte d’agriculture Irlandaise (Irish Agricultural Organisation Society) afin de promouvoir la production de produits laitiers en mesure de concurrencer ceux de Nouvelle-Zélande et du Danemark.

A partir de 1972, la Commission agricole de l’Union européenne a attribué à l’Irlande d’importants subsides, qui se sont vus réduits après la redistributions effectuée en faveur des pays de l’Europe de l’Est.

Le Golden Vale (Val d’Or), dans le Comté de Tipperary, renferme d’excellentes terres pour l’élevage du bétail, bœufs et vaches laitières, et pour la culture de l’orge, du blé et de la betterave à sucre, donc une grande partie sert à leur alimentation. Les meilleurs pâturages d’Irlande pour l’engraissement du bétail sont situés sur les plaines le long de la côte Est.


Les Ovins profitent des bons Près des terres calcaires dépouillées des plaines du Galway et du Donegal, où la laine est transformée en Tweed et en tapis. Grâce à sa longue saison ensoleillée et à son sol à forte composante calcaire bien drainé, la région centrale de Wexford dispose de bonnes terres arables, particulièrement adaptées à la culture de l’orge pour le malt.

Les meilleures terres pour les céréales sont situées sur la péninsule d’Ards, où l’on trouve des fermes relativement importantes.

Deux tiers des arbres fruitiers d’Irlande poussent dans le jardin de L’Ulster dans le comté d’Armagh (65km2), les fraises sont la spécialité d’Enniscorthy dans le comté de Wexford.

L’agriculture de subsistance est toujours pratiquée dans le Gaeltacht, dans des endroits tels que le Connemara et les Rosses dans le comté de Donegal, où me foin est encore retournée à la main et les cottages construits en groupes (clachans), selon la tradition irlandaise, la transhumance, ou booleying (dérivé de buaile, qui signifie faire paître les vaches laitières). Consistant à mener le bétail aux pâturages d’été dans les montagnes persista dans certaines régions jusqu’au 19ème siècle.

C’est dans l’extrême Ouest que le système de parcellisation de la terre, connu sous les noms de rundale ou runrig, survécut le plus longtemps (jusqu’à la Grande Famine de 1945-1849).

Il consitait à partager la terre. Tenue en commun, entre les différents tenanciers de façon que chacun reçoive dans la part qu’il cultivait autant de bonnes terres que de mauvaises. Comme il n’y avait pas de clôtures, ce système était à l’origine de fréquentes disputes entre tenanciers et, et de partage en partage, on aboutit à la création de parcelles qui s’avérèrent insuffisantes pour subvenir aux besoins du tenancier et de sa famille.

L’élevage des chevaux

Jusqu’au début du siècle, l’Irlande fournissait la meilleurs cavalerie et les meilleurs chevaux d’attelage des îles Britanniques : l’élevage des chevaux, surtout des pur-sang, représente toujours une importantes activité, qui fournit 12 000 emplois(soit 5% de la main-d’œuvre agricole). Le centre spécialisé dans cette activité est le Curragh près de Kildare.



Mise à jour le Mercredi, 28 Avril 2010 23:09
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 89 invités en ligne

Image au hasard

danses.jpg