Home Le pays

Sondage

quel est votre rubrique préfere?
 
Île - physionomie du pays 2 PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrateur du site   
Lundi, 19 Avril 2010 22:32
Index de l'article
Île
physionomie du pays
physionomie du pays 2
physionomie du pays 3ème partie
Le Cygne
Le Poney du Connemara
Toutes les pages

physionomie du pays 2ème partie

Falaises du littoral

En de nombreux endroits, les montagnes plongent à pic dans la mer, formant d’impressionnantes falaises, les plus célèbres sont les falaises de Moher (le Burren), particulièrement spectaculaires lors d’une tempête de vent d’Ouest . Moins étendues, mais tout aussi imposantes, sont les falaises de Bunglass (Donegal Coast), Sur le versant méridional du Slieve league. Les falaises de la Pointe d’Achill (voir Achill island) sont plus hautes, mais ne sont pas visibles que par la mer. La côte Nord du Mayo, depuis la Pointe de Benwee jusqu’à la Pointe de Downpatrick, Présente une grande variétés de superbes paysages de falaises. Au Cap Fair, le plateau d’Antrim s’achève en un bel escarpement, où les laves horizontales solidifiées sont nettement visibles.

Grottes

Les rebords du pays calcaire favorisent la formation de grottes, la pluie, légèrement acide, et les ruissellements tourbeux ont lentement dissous le calcaire poreux, formant des cavernes et des passages qu’agrandissant progressivement les rivières souterraines au cours complexe. Les cinq grottes ouvertes au public présentent des exemples à la fois impressionnants et magnifiques de stalactites, stalagmites et autres concrétions.

La Nature Rivières et lacs

Les cours d’eau, qui totalisent 26 000 km, sont de deux sortes : Ceux qui coulent sur le versant maritime des montagnes directement vers la mer sont courts et rapides : ceux qui serpentent à l’interieur du pays s’écoulent calment parmi les prairies inondables (en irlandais Callows) et sont ponctués de lacs, dits loughs, tels le lac Neath sur le Bann, le lac Allen, le lac Ree, et le lac Derg sur le Shannon, qui occupent des dépressions.

On peut constater que plusieurs rivières d’Irlande ont façonné leurs lits à travers des hauteurs rocheuses au lieu de les contourner, il y a deux explications possibles à ce phénomène.

Ou bien la roche avait été creusée naturellement avant l’apparition rivière, ou bien le soulèvement des terres s’est effectué si lentement que l’érosion naturelle au cours d’eau a compensé progressivement les mouvements du terrain.

Ainsi, à Scarrif, au lieu de couler vers l’Ouest à la sortie du lac Derg, le Shannon fait route au Sud, à travers le défilé de Killaloe. La Barrow et la Nore, dans leur cours supérieur, décrivent toutes deux des méandres paresseux à travers le massif granitique de la vallées boisées aux versants escarpés. De même, à Bunclody, au lieu de tourner vers le Sud-Ouest pour rejoindre la Barrow, la Slaney s’écoule au Sud-Est, à travers plusieurs arêtes rocheuses, avant de virer brusquement du Sud, vers la mer.

En d’autres endroits, les dépôts glaciaires ont imposé un changement de direction aux rivières, avant de virer brusquement au Sud, vers la mer. En d’autres endroits, les dépôts glaciaires ont imposé un changement de direction aux rivières.

La Liffey bifurqua donc vers le Nord, lorsque le sable et le gravier des Curragh,déposés à la fin de l’ère glaciaires, obstruèrent sa direction originelle vers la Barrow, à l’Ouest. Dans le Comté d’Antrim, à Armoy, le Bush diverge vers l’Ouest pour les mêmes raisons.

De nombreuses rivières irlandaises, surtout dans le Sud, débouchent dans des abers, basses vallées que la mer envahit pour pénétrer profondément à l’intérieur des terres. La rade de Waterford, un estuaire submergé, est partagé par la Suir, la Barrow et la Nore, Baptisées les Trois Sœurs (the Three Sisters), trois autres estuaires sont de véritables Fjords érodées par les glaces :le Killary Harbour, le Lough Swilly et le Carlingford lough. Le cour d’eau le plus long et le plus célèbre d’Irlande, le Shannon, navigable entre Carrick-on- Shannon et Killaloe, est le plus surprenants : le manque de pente le fait s’écouler paresseusement vers le sud tandis que le caractère doux du terrain alentour lui permet de s’étaler souvent en formant des lacs, exactement comme s’il s’agissait d’un fleuve en crue.

Les nombreux lacs d’Irlande (144 585 ha) varient par leur taille, de l’étang envahi de roseaux jusqu’à la mer intérieur, ils sont surtout concentrés à l’Ouest et au Nord de l’île, notamment dans la ceinture du pays des drumlins. Un type de lac est propre à l’Irlande : le Turlough (turiach), lac intermittent apparaissant selon des fluctuations du niveau phréatique. Des réservoirs ont été réalisés dans les monts Wicklow et les monts Mourne pour approvisionner en eau Dublin et Belfast.



Mise à jour le Mercredi, 28 Avril 2010 22:59
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 63 invités en ligne

Image au hasard

shannon.jpg