Home Culture Contes et légendes

Sondage

quel est votre rubrique préfere?
 
Contes et légendes PDF Imprimer Envoyer
Écrit par Administrateur du site   
Lundi, 19 Avril 2010 22:17
Index de l'article
Contes et légendes
La légende de TIR-NA-nOG
La légende de TUATHA DE DANANN
la légende du FIANNA
La Légende des enfants de Lir
a légende des
La légende de NIAMH et OISIN
Finn Mac Cool
Diarmaid et Grainne
Toutes les pages

TRISTAN ET ISEULT

(Anonyme)

L’action se situe en des temps fort anciens, après la chute de l’empire romain, mais avant le couronnement de Charlemagne comme empereur d’Occident (action située vers 1150 alors que le couronnement est en l’an 800). Dès sa plus tendre enfance, Tristan, fils de Rivalen, roi du loonois, et de Blanchefleur, sœur du roi Marc de Cornouailles, est instruit dans la science des armes par l’écuyer familial Gorvenal. A la mort de ses parents, Tristan est élevé par son oncle Marc. Il fait l’admiration de tous, tant il est brave et sait jouer de la harpe. Il libère ce pays du tribut que lui imposait le Morholt, beau-frère du roi d’Irlande et redoutable guerrier, en le tuant sur l’île de Saint-Simon. Tristan grièvement blessé se rend sur une barque sans voiles ni rames et dérive jusqu’en Irlande. La reine accourue à son chevet, et bien qu’elle ait découvert en lui le meurtrier de son frère le Morholt, le guérit par enchantement et lui confie sa fille, Iseut la blonde pour qu’il l’initie à la musique.

De retour auprès du roi Marc, il reçoit mission de ramener la jeune fille à laquelle appartient un cheveu d’or qu’une hirondelle laissa tomber et trouvé par le souverain dans son jardin. Tristan l’identifie comme venant de la chevelure d’Iseut et repart en Irlande. Tristan débarrasse le pays du serpent crêté et confond ainsi un sénéchal qui s’arrogeait cette victoire afin d’épouser Iseut. Tristan demande en récompense la main d’Iseut pour le roi Marc. Sur la nef, Tristan et Iseut boivent par erreur le philtre d’amour, destiné à Marc et Iseut. Tristan et Iseut s’adonnent l’un à l’autre. Lors de la nuit de noces, Brangien se substitue à Iseut, pour faire croire à une virginité. Iseut voudra ensuite faire disparaître ce témoin gênant mais les deux femmes se réconcilieront.

Tristan avait pour compagnon et pair un vassal de noble famille nommé Kariado. Par une nuit d’hiver Kariado surpris les deux amants gisant sur le lit de la reine. Il avertit donc le roi Marc, mais ce dernier aveugle devant l’amour qu’il portait à Iseut, ne douta pas de la bonne foi de sa femme. Un jour que Tristan était parti à la chasse, un baron irlandais accoste au port de Tintagel. Après un subterfuge, il arrive à prendre Iseut au roi Marc pour un laï de harpe. Tristan en revenant de la forêt apprend la nouvelle. Tristan reconquiert la reine par la rote.

A la suite de nouvelles dénonciations, Tristan est obligé de quitter le royaume. Exilé dans la forêt, il apprend que la reine doit passer près de son repaire. Il taille une planchette de coudrier sur laquelle il inscrit son nom car c’était un signe convenu entre la reine et lui. Iseut aperçoit le signal, rejoint un instant Tristan, le laissant dans l’espoir que Marc le rappellera bientôt à la cour. Brangien profite de cette aventure pour convenir d’un nouveau stratagème avec Tristan pour rencontrer secrètement la reine pendant la nuit. Le roi alerté par de nouvelles dénonciations décide, lui-même, de surprendre les deux amants. Dans un arbre, il guette les amants qui se sont aperçus de sa présence en découvrant le reflet de son visage dans une fontaine. Ils tiennent alors un discours truqué par lequel Tristan regagne un temps la confiance du roi à qui il offre toutes ses richesses et peut revoir librement la reine.


Mais Frocin et trois barons qui haïssent Tristan ourdissent un nouveau piège : on étend de la fleur de farine autour du lit de la reine. Tristan qui a surpris le manège, franchit d’un bond l’obstacle, mais une blessure qu’il a reçu le matin même à la chasse se rouvre, et des traces de sang sur les draps le confondent, Marc prend en flagrant délit les amants. Ils sont condamnés au bûcher. En chemin, Tristan persuade ses gardiens de le laisser prier dans une chapelle qui domine le rivage, puis Il saute par une fenêtre du chœur. Pendant ce temps, Iseut, malgré les lamentations du peuple de Cornouailles et l’intervention rigoureusement argumenterai de Dinas le sénéchal, est conduite au bûcher. Secondé par son fidèle écuyer, Gorvenal, Tristan libère la reine au moment où elle allait être livrée au chef d’une horrible troupe de lépreux, et tous trois s’enfuit dans la forêt du Morois.

Ils survivent grâce au talent de chasseur de Tristan et au dévouement de Gorvenal. Le chien Husdent les rejoint et Tristan le dresse à chasser à la muette. Traqués, affaiblis, peu à peu démunis de tout, ils rencontrent un jour l’ermite Ogrin qui les incite au repentir ; mais ils se récrient, s’ils s’aiment ce n’est point leur faute, et ils se ressentent innocents. Malgré l’aspre de vie qui est la leur, ils goûtent dans le Morois un bonheur intense.

Deux ans ont passé depuis que les amants se sont réfugiés dans la forêt. Alors que Gorvenal a tué l’un des trois barons, les amants, épuisés, se sont assoupis. Un forestier les découvre et les dénonce. La vision de l’épée nue que Tristan a placé par hasard entre leur corps désarme le bras de Marc lorsqu’il les surprend si chastement endormi : il s’en va sans les éveiller, après avoir laissé sur place sa propre épée, son gant et son anneau, probables symboles de son pouvoir.

Au bout de trois ans l’effet du philtre commence à se dissiper, et les amants se découvrent dans leur condition réelle de proscrits oublieux de leurs devoirs sociaux. Ils vont de nouveau consulter Ogrin, qui après d’assez longs pourparlers, ramène Iseut au roi. Tristan est condamné à quitter le royaume. De fait, s’il rend bien la reine à son époux devant une assistance en liesse, Tristan se réfugie dans la forêt et promet à Iseut de ne pas s’éloigner et de la rejoindre au premier appel. Le fidèle Périnis sert de messager entre la reine et lui.

Les trois barons cependant, dont l’hostilité n’a pas désarmé, obligent Marc à soumettre la reine à un serment purgatoire ou escondit. Iseut fait mander le roi Arthur et sa cour pour être les témoins de sa parole. Elle ordonne à Tristan de se déguiser en lépreux. Elle choisit comme lieu de son serment la blanche lande, proche des marois du mal pas. Le jour de l’épreuve, Tristan la porte sur son dos pour traverser le bourbier. Iseut peut donc jurer qu’entre ses cuisses n’entra homme si ce n’est le roi Marc et le lépreux. Plus tard, rejetant le masque de lépreux pour celui de chevalier aux armes noires, Tristan se débarrasse, dans le tournoi qui suit, de quelques-uns uns de ses ennemis.

Tristan exilé en Armorique après avoir tué deux traîtres consent à épouser Iseut aux blanches mains, sœur de son compagnon Kaherdin. Mais Tristan décide de ne pas consommer son mariage, déclarant à sa femme qu’il souffre d’une ancienne blessure. Lors d’un pèlerinage Iseut aux blanches mains apprend à son frère qu’elle est encore vierge (l’eau hardie). Devenu fou furieux, Kaherdin demande des explications. Tristan lui conte son aventure. Comme pour s’assurer de l’histoire les deux hommes partent en Cornouailles ! Pendant ce temps Cariadec, un ennemi de Tristan, qui aime Iseut révèle à celle-ci que son amant a épousé une autre femme. A leur arrivée, ils aprennent que le roi et la reine font un voyage. Tristan et Kaherdin attendent le cortège de la reine. A ce moment Kaherdin aperçoit la beauté d’Iseut et comprend pourquoi Tristan n’a pas consommé le mariage d’avec sa sœur Tristan usa donc d’un nouveau stratagème pour revoir sa bien-aimée plusieurs fois. Mais les derniers ennemis de Tristan avaient flairé son retour et avaient alerté le roi. Après un nouveau piège Iseut ordonne à Tristan de partir car elle ne lui portait plus d’amour.


De retour en Armorique Tristan devient fou. C’est ainsi qu’il trouve un endroit où personne ne s’aventure car un être monstrueux y habite. Il parvient à en faire son esclave et exige une demeure dédiée à Iseut la blonde en installant une salle aux images. Un jour un combat qu’il livre en petite Bretagne lui est fatal : blessé une nouvelle fois, par une arme empoisonnée, il demande que l’on envoie chercher Iseut. Il convient avec le messager que s’il la ramène, il hissera une voile blanche et, en cas d’échec une voile noire.

Lorsque le bateau est en vue, Iseut aux blanches mains qui avait tout entendu, déclare mensongèrement que la voile est noire. Tristan se laisse mourir, et Iseut, enfin débarquée, court mourir de désespoir dans le lit de Tristan. Les deux corps furent renvoyés au roi Marc.

A grand honneur, parmi les lamentations du petit peuple, il fit mettre en terre près d’une chapelle les corps des deux amants. Sur la tombe d’Iseut il planta un buisson de roses rouges et sur celle de Tristan un cep de noble vigne. Les deux arbustes grandirent ensemble et leurs rameaux se mêlèrent si étroitement qu’il fut impossible de les séparer, chaque fois qu’on les taillait, ils repoussaient de plus belle et confondaient leur feuillage.



Mise à jour le Mercredi, 28 Avril 2010 21:13
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 38 invités en ligne

Image au hasard

Ireland_0065_1024x683.jpg