Home Carte d'identité Histoire

Sondage

quel est votre rubrique préfere?
 
Histoire - La société Celte PDF Imprimer Envoyer
Écrit par perso.wanadoo.fr/alain.guennec   
Lundi, 19 Avril 2010 13:45
Index de l'article
Histoire
La tradition celtique
La société Celte
La romanisation
Domination anglaise
La fin du XIXème siècle
Toutes les pages

La société Celte

Outre leur charge sacerdotale, les druides avaient deux autres devoirs à accomplir ; juges (Brithem), ils interprétaient la loi Brehon qui prévoyait une échelle de compensations contre les mauvaises actions, même le meutre, ‘payable’ par la famille du malfaiteur. Le code reconnaissait ainsi le jeûne, avec des témoins devant la maison du criminel, comme un moyen de redressement : généalogistes, historiens et poètes (filid), les druides enregistraient l’histoire du clan.

L’apprentissage de cette fonction se déroulait dans des écoles de bardes. Les Celtes étaient groupées en clans (túath), subdivisés en familles (derbfine). Ils n’y avait pas de primogéniture et les membres de trois générations. Oncles, frères et neveux aussi bien que les fils du roi, pouvaient être élus pour accéder à la royauté du clan. Il était de coutume que els fils soient élevés hors du clan familial, par d’autres familles. Cette pratique créait un lien supplémentaire dans le réseau déjà complexe des engagements de fidélité.

Exploits héroïques

Grande guerriers, les Celtes disposaient d’armes, lances ou épées, en fer ou en bronze. Aux 4 ème et 5 ème siècle, les Celtes Irlandais, appelés « Scots », s’allièrent au Pictes, implantés au Nord du mur d’Antonin, pour procéder à des raids sur la Bretagne romaine. Des colonies irlandaises furent ainsi établies sur l’île de Man, en Cornouailles et au pays de Galles.

A la fin du 5ème siècle, les fils d’Erc, du royaume de Dál Riada en Antrim, établirent en Argyll un second Dál Riada, qui , au milieu du 9 ème siècle couvrait toute l’Ecosse. Les exploits celtes au cours des batailles querelles de familles pour la succession, opérations inter-tribales pour s’emparer de bétail ou invasions étrangères étaient célébrés par les bardes en vers et en chanson.

Quatres cycles d’antiques sagas irlandaises sont conservés. Le Cycle mythologique parle des héros ou des dieux qui habitaient l’Irlande avant l’arrivée des Celtes et conte les histoires de la bataille de Moytura, des Enfants de Lir et de la Quête de L’Etain.

Le Cycle d’Ulster raconte les exploits des Chevaliers de la branche rouge du Ford de Navan ; il inclut le Raid pour le bétail de Cooley (Táin Bó Cuaigne), poème épique décrivant comme la reine Maeve du Connaught entreprit la capture du Célèbre taureau brun de Cooley et comment ferdia, le champion du Connaught, fut vaincu par Cùchulain, le champion de l’Ulster. Le cycle ossianique (également connu sous le nom de cycle fenian) se déroule sous le régne de Cormac mac Airt, qui aurait régné à Tara au 3ème siècle et parle de Fionn mac Cumaill et du Finna, dont la capital était située sur la colline d’Allen. Le Cycle historique enfin, ou Cyle des rois, est vraisemblablement un mélange d’histoire et de fiction.

Les pierres Oghamiques

L’ogham, fondé sur les sons de l’alphabet latin, mais n’ayant rien en commun avec l’écriture latine, commença d’être utlisé en Irlande vers le 4ème siècle, (ogmios était le dieu celtique de l’éloquence). Il est constitué de 20 signes, composés de traits longs ou brefs, disposées horizontalement ou en diagonale par groupe de cinq traits au maximum de part et d’autres ou en travers d’une ligne de base constituée en général par l’arête d’un menhir. La plupart des inscriptions oghamiques sont des dédicaces commémoratives gravées entre les 4ème et 7ème siècle, mais l’écriture fut employée au moins jusqu’au 8ème siècle de notre ère. Des pierres oghamiques furent découvertes, non seulement en Irlande (au nombre de 300), mais aussi dans l’Ouest de la Grande-Bretagne.



Mise à jour le Vendredi, 14 Mai 2010 15:11
 

Qui est en ligne ?

Nous avons 3 invités en ligne

Image au hasard

oceallaigh.jpg